Connect

City of Ember ~La cité de l'ombre... Du SteamPunk pour les enfants!

Il y a quelques années lorsque je prenais régulièrement le train pour Limoges, j'avais souvent le temps de regarder les affiches de cinéma placées sur les quais des gares, un film m'avait attiré l'œil: La cité de l'ombre.... Je pense que ce n'est pas vraiment le fait que le nom de Bill Murray soit sur l'affiche mais plutôt l'esthétisme générale de celle-ci!

Deux ans se sont écoulés, je ne prends désormais plus le train pour Limoges, mais j'ai enfin eu la chance de voir ce film! Et je me demande bien pourquoi je ne suis pas allé le voir au cinéma en 2008 à sa sortie! Pourtant le fait d'avoir la carte UGC illimité m'a fait voir de gros navets...

Bref, parlons un peu de ce film, mon coup de cœur du moment... City of Ember raconte tout simplement la vie dans la ville d'Ember. Jusque là aucun soucis à l'horizon... sauf qu'Ember n'est pas une ville comme les autres, il s'agit d'un des derniers bastions de l'humanité: Une chose terrible arrive à la Terre; pour sauvegarder l'espèce humaine, les dirigeants décident la création d'une ville souterraine qui doit rester isolée du monde pendant 200 ans... Des instructions ainsi qu'une mystérieuse carte sont scellées dans une boite qui ne doit s'ouvrir qu'au moment voulu... Hélas, la boite est égarée et la ville agonise...

Voici pour le contexte général de l'histoire, l'aventure se situe au niveau de deux personnages, Lina Mayfleet (Saoirse Ronan - la peste de Reviens moi ou la fille de Lovely Bones) et Doon Harrow (Harry Treadaway). Les deux amis vont chercher un moyen de s'échapper de cette ville sans avenir où la survit d'un peuple dépend d'une technologie en fin de vie dont personne ne sait comment se servir...

La première chose qui m'est venu à l'esprit quand j'ai commencé à regarder le film: nous sommes face à un mélange de Rapture de BioShock et des Vault de Fallout. On retrouve toute l'ambiance Steam-Punk que l'on a dans la cité des enfants perdus! Le rendu est vraiment joli. Le fait d'avoir aussi des vrais décors et non des fonds verts renforce l'immersion du spectateur dans l'univers d'Ember. Ember qui, pour les non anglophone ne veut pas dire ambre comme on pourrait penser, mais Braise... Et ce nom prend toute sa puissance lorsque l'on regarde la cité: la multitude de lampes à incandescences imprègnent d'un rouge orangé toute la ville, comme de la braise...

Ce film aurait pu être une très grande réussite, hélas le jeu d'acteur n'est pas forcément bon, Saoirse Ronan n'est pas mauvaise, mais son compagnon est plus que moyen et hélas nous avons un Bill Murray pas au meilleur de sa forme... Ce donne parfois des répliques qui sonnent faux, c'est vraiment dommage parce que on aurait pu s'approcher d'un grand film... Mais avant de trop m'avancer dans ce domaine, je voudrais voir la version originale en VO pour vraiment juger la prestation verbale des figurants...

Que dire de plus? Le scénario est tiré d'un roman à succès de l'américaine Jeanne DuPrau, il s'agit du premier tome d'une quadrilogie, mais ça m'étonnerait qu'on ait droit à la suite de city of ember au cinéma... Rien est annoncé et ça aurait dû l'être depuis bien longtemps... Tant pis, je vais me jeter sur les livres quand j'aurais un peu de temps...

En attendant, je vais me jeter sur le Blu-ray à mon prochain passage à la fnac :)

Commentaires