Connect

Balise - Kouji Seo

Fil des billets

vendredi 23 août 2013

Azusa de Kouji SEO - une lettre, des chaussures et deux filles.

Azusa - Kouji Seo

En me promenant sur manga update, j'ai découvert que tous les oneshot de Kouji Seo était sortis dans un seul et même tome: Half & HalfLove Letter ainsi que d'une histoire inédite pour moi: Azusa. Je ne pouvais que me jeter sur cette oeuvre publiée en 2007: une romance qui fait plaisir à lire.

Lire la suite...

vendredi 10 août 2012

Lectures manga du mois: Juillet 2012. Broken Blade, Suzuka, Eden no Ori, Denpa Kyoushi et Raynart.

Alter Twins de Raynart - Lecture manga de Juillet

Ce mois de Juillet fût rempli de manga: japan expo oblige. J'ai profité de la convention pour acheter les tomes qui manquaient sur certaines séries.

Lire la suite...

dimanche 2 janvier 2011

W's de Kouji Seo: jeu, set et match!

Ayé, j'ai retrouvé un peu de PASSION, j'en profite donc entre deux game over de Resonance of fate pour publier un petit billet sur le premier manga du maître Kouji Seo: W's. pour les amnésiques ou les nouveaux, j'ai parlé des mangas de Seo , , et ! Avant donc de faire un manga sur le basket ou sur l'athlétisme, le mangaka s'est fait les dents sur le tennis! Et je dois dire que déjà à l'époque c'était déjà prometteur!

Lire la suite...

lundi 28 septembre 2009

Love Letter de Kouji SEO, une romance soufflée par le vent divin...

Après quelques mois d'absence, voici le retour des billets sur Kouji Seo, après avoir parlé de Cross Over, Half and Half, Suzuka et Kimi no Iru Machi, voici un oneshot du maître Seo publié en 2007. L’œuvre se nomme Love Letter et comme son nom l’indique, il s’agit d’une histoire d’amour par correspondance entre une jeune fille et son sempai. Seulement voilà, nous sommes en 1941, le Japon va entrer en guerre… Chieko se trouve être une jeune étudiante qui prépare son entrée à l’université et lui un jeune diplômé qui s’engage dans l’armée de l'air pour défendre sa patrie.  Ils vont malgré la guerre tenter de faire survivre leur amour en s’envoyant des lettres.  Hélas, quand on est affecté dans les forces spéciales des shinpū tokubetsu kōgeki tai, les perspectives d’avenir sont assez réduites…

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2009

Half and Half de Kouji Seo, une semaine pour vivre...

Le marathon Kouhji Seo continue, après Cross Over, Suzuka et Kimi to Iru Machi, voici Half and Half, un oneshot du maître Kouji Seo.

Dans Half and Half, point de sport (tout comme dans Kimi no Iru Machi), nous sommes dans la romance-tragédie : 

Shinichi Nagakawa est un étudiant en école d’art, alors qu’il traverse la route il se fait happer avec une jeune fille par un camion, ils succombent tous les deux à l’accident… Shinichi et la demoiselle se réveillent dans un endroit étrange… Une voix leur explique qu’une seconde chance va leur être accordée, hélas un seul d’entre eux pourra continuer de vivre sa vie: ils devront choisir qui survivra. Pour faire leur choix, il leur donne une semaine pour choisir, durant ces sept jours, ils ne pourront s’éloigner l’un de l’autre sous peine de mourir immédiatement (un battle royal 2 en fait) de plus, leurs sentiments seront mêlés : ils ne pourront se mentir, l’un saura se que ressent l’autre… 

Vous l’aurez compris, au fil des pages nous allons suivre l’évolution des relations entre Shinichi et Yuuki.  Bon je vais pas en dire trop mais venant de Kouji Seo, on peut tout de suite dire que les deux protagonistes vont tomber amoureux l'un de l'autre… Et comme on dit chez nous : "et là c’est le drame", ou plutôt la tragédie, car dans les deux cas, ça se fini mal… Je vous laisse le soin de découvrir le dénouement de l'intrigue…


Shinichi en pleine concentration...

Pour la traduction anglaise, c'est toujours l'équipe des Red Hawk Scanlations qui s'en occupe, et c'est toujours aussi bien adapté ! C'est vraiment dommage que l'on ait aucune chance que cette histoire sorte en France, à moins que Pika ne se décide à sortir un recueil des oneshot de Séo, en effet, il en existe un autre, il se nomme Love Letter... mais c'est une autre histoire !

vendredi 8 mai 2009

Suzuka de Kouji Seo, sport et amour: un mélange efficace !


Go! je continue sur ma lancée après Cross Over et Kimi no Iru Machi: voici Suzuka le seul manga de Kouji Seo sorti en France, j'ai enfin pu aller acheter les premiers tomes... Et je dois dire que franchement : 

KOUJI SEO IS MY HERO

Mais je m'entendrais là dessus dans un autre billet, revenons à Suzuka. enfin plutôt à Yamato Akitsuki, le héros de l'histoire... Ce lycéen décide de quitter sa campagne natale pour poursuivre ses études à Tokyo. Il vient donc habiter chez sa tante qui tient une résidence étudiante destinée uniquement aux filles, en contrepartie, il doit s'occuper de la maintenance et du nettoyage du bain public de la pension. En allant faire un tour à son futur lycée, il aperçoit une jeune athlète s'entrainant au saut en hauteur... Il va tomber immédiatement sous le charme de la sportive. Et forcément, sa voisine de palier se trouve être la jolie athlète, Suzuka Asahina... Bien décidé à l'impressionner, Yamato va rejoindre le club d'athlétisme: le pire c'est qu'il est bon le bougre...


Roger !

Bref, j'ai commencé à lire, j'étais... dubitatif, je sentais le vieux clone de Love Hina, en effet, Yamato à l'instar de Keitaro se retrouve dans une résidance étudiante où il n'y a que des filles. Tout comme Keitaro, Yamato a un trou dans le mur qui sépare sa chambre de celle de Suzuka, tout comme Keitaro, il est fucking stupid, tout comme dans Love Hina, il y a une grande fille plus âgée ayant un fort penchant pour le saké...  Sauf que c'est pas Love Hina...


Cours Forrest, cours !

Oui, Suzuka n'est pas qu'un erzatz de Love Hina, c'est une œuvre complètement distincte, même si je suppose que Kouji Seo a surfé sur la vague du manga de Ken Akamatsu, il a su se détacher bien vite des aventures de Keitaro... En effet, Kouji Seo a ajouter une chose qui fait toute la différence : le sport. L'athlétisme amène une dose de challenge dans le manga, en plus de se demander si Yamato va sortir avec Suzuka, il y a la question, est-ce que Yamato va réussir à grimper au sommet ? C'est bien cela la grande interrogation, l'évolution sportive de Yamato est intimement liée à l'évolution psychologique du héros. Au fil des pages, nous trouvons un personnage qui évolue (pas comme Keitaro hein... ) tant dans ses actes que dans sa façon de penser. C'est un des points fort de Suzuka, le héros apprend (ou pas) de ses erreurs et va tenter de se surpasser pour arriver à ses fins...


Yamato et Miki Hashiba, une autre sprinteuse

Le personnage de Suzuka est lui aussi très travaillé. Cette fille me dérange, je suis comme Yamato, j'ai du mal à la cerner, si distante et si proche à la fois, j'enrageais devant mon bouquin durant certaines scènes ou Suzuka mérite une paire de baffe tellement ses réactions sont "décalées". Une vraie Tsundere en fait.  On apprend au bout d'un moment pourquoi elle est comme ça... Et là, je dois dire qu'elle est remontée à la place où elle doit toujours se trouver : sur la première marche du podium.


Suzuka smile...

Forcement dans toutes bonnes romance, il faut une entremetteuse, elle se nomme Honoka Sakuraï. C'est un personnage que j'apprécie pas vraiment, elle est le cliché de la fille niaise amoureuse de son Yamato-kun depuis l'enfance. Et oui il se sont croisé UNE fois 10 ans avant et son petit kokoro bat toujours aussi fort pour lui -______- Hum... je passe. C'est d'ailleurs assez étrange que les deux héroïnes principales soient aussi différentes dans leur background, d'un coté nous avons Suzuka qui possède une vraie personnalité et de l'autre Honoka une fille fade et inintéressante...


Honoka passe à l'attaque!

Et pourtant... le cœur du héros balance entre les deux... WTF !!!

L'une des particularité de Suzuka est que Seo traite dans ce manga un thème rarement abordé: la disparition de l'être aimé... et la façon d'aller de l'avant. Je n'en dit pas plus... Mais ça offre une autre dimension au manga. Et un peu de sérieux, ça ne fait jamais de mal :p


Yamato et Suzuka...

Il faut noter que Suzuka a été adapté en animé, comme à mon habitude, je ne vais pas regarder ça, le manga me suffit, la seule chose qui pourrait me faire regarder l'animé est cette musique... L'animation m'a l'air fade est le chara design... ah vraiment je m'y fait pas, on perd une grande partie du coup de crayon de Kouji Seo... Bref, je me tâte...

Je n'ai plus qu'une chose à dire, allez acheter Suzuka, vraiment, si vous aimez le style shounen/romance, n'hésitez pas, c'est fait pour vous. D'autant plus que Pika comme a son habitude a fait du très bon travail, rien à redire là dessus !

mardi 5 mai 2009

Kimi no Iru Machi de Kouji Seo: ahhh la campagne, les papillons, le ciel et les filles...

Kimi no Iru Machi (君 の いる 町 en jap ou A town where you live dans la langue de Potter) est le nouveau manga de Kouji Seo en cours de prépublication au japon. Oui encore lui, j’ai parlé de Cross Over il y a quelques jours... ce manga, je l’ai vraiment apprécié, j’ai donc décidé de faire le tour des œuvres de Seo… N’étant pas encore passé à mon magasin de manga habituel, j’ai pas eu le plaisir de feuilleter Suzuka,  j’ai donc choisi de lire un autre de ses mangas. (c’est l'équipe anglaise RedHawk qui s’en occupe. Les 42 premiers chapitres sont sortis !) 


Les cinq amis passent à table...

Pour résumer sans trop spoiler : Yuzuki Eba quitte Tokyo pour aller faire ses études à la campagne, elle va habiter chez Haruto (ouf, on n’était pas loin du ninja orange) Kirishima. Mais celui-ci voit d’un mauvais œil qu’une fille vienne squatter chez lui, il tient surtout à éviter les ragots qui pourraient tourner dans le lycée, c’est vraiment la dernière chose dont il ait besoin, en effet, Haruto est secrètement amoureux de Nanami Kanzaki, la petite timide de la classe, et ne veut pas qu’elle pense que Haruto et Yuzuki sortent ensemble !


Roger !

Bref, Kimi no Iru Machi s’écarte du sujet de prédilection de Seo, le sport a disparu de son registre, mais bien sûr la relation entre les différents protagonistes est toujours présente ! Dans ce manga, Koji Seo maîtrise largement les différentes facettes du shounen dit de « comédie romantique » (et pas romantique dans le sens ecchi de la force) : le triangle amoureux (Haruto + Yuzuki + Nanami) , le héros indécis et gaffeur, la grande sœur super bien foutue, la mère qui s’en bat, la meilleure amie d’enfance... Pour résumé, on est vraiment en terrain connu.

Nous avons au début de l'histoire (le premier tome) les protagonistes suivants :


Haruto Kirishima : Le héros de l’histoire, gentil et serviable, il s'inscrit au club de cuisine sur un malentendu…
Yuzuki Eba : L’héroïne de l’histoire, elle vient squatter chez Haruto, elle est d’un naturel assez enjoué.
Nanami Kanzaki : L'amour secret de Haruto, elle est timide et introvertie…

Akari Kaga : Copine d’enfance et meilleure amie de Haruto, la petite rigolote du groupe.

Takashi Yura : Meilleur ami de Haruto. Il veut chopper toutes les filles :p

Narumi Kanzaki : Grand frère de Nanami, il est dans une classe supérieure.

Ce qui donne pour le tableau des relations :


Le vert : l'amitié, le rouge l'amour et le bleu la famille...

Bref, ça commence à être le bordel, et ce ne sont que les relations entre les personnages dans les premiers chapitres... après ça se complique bien évidement :)

Pour conclure, que dire ? et bien je dois dire que je deviens fan de Kouji (Koji) Seo, la manière dont il raconte ses histoires et le scénario sont vraiment impeccable, j’ai hâte de savoir la suite, l’équipe anglaise suit la prépublication du Weekly Shônen Magazine, la série a débuté en juin dernier, nous sommes donc à plus de 40 chapitres, plus que Cross over, mais bien loin des 166 de Suzuka... De mon coté, Kimi no Iru Machi rejoint les séries que je suis toute les semaines à l’instar de Mixim 12 du maître Anzaï...

- page 1 de 2