Connect

Balise - Sport

Fil des billets

mardi 7 février 2012

Roller Derby à Toulouse, roulez jeunesse!

Les nothing Toulouse - Roller Derby

Bon désolé pour le titre, mais je suis en manque d'inspiration en ce moment, le froid doit certainement geler mes neurones... Tout ça pour dire que samedi dernier, avec Chérie, nous avons bravé les éléments pour aller voir un match de Roller Derby au gymnase du Parc de la Ramée à Toulouse. Une date à ne pas louper car c'était une rencontre internationale: les filles de Toulouse affrontaient les espagnoles de Barcelone.

Lire la suite...

dimanche 2 janvier 2011

W's de Kouji Seo: jeu, set et match!

Ayé, j'ai retrouvé un peu de PASSION, j'en profite donc entre deux game over de Resonance of fate pour publier un petit billet sur le premier manga du maître Kouji Seo: W's. pour les amnésiques ou les nouveaux, j'ai parlé des mangas de Seo , , et ! Avant donc de faire un manga sur le basket ou sur l'athlétisme, le mangaka s'est fait les dents sur le tennis! Et je dois dire que déjà à l'époque c'était déjà prometteur!

Lire la suite...

vendredi 8 mai 2009

Suzuka de Kouji Seo, sport et amour: un mélange efficace !


Go! je continue sur ma lancée après Cross Over et Kimi no Iru Machi: voici Suzuka le seul manga de Kouji Seo sorti en France, j'ai enfin pu aller acheter les premiers tomes... Et je dois dire que franchement : 

KOUJI SEO IS MY HERO

Mais je m'entendrais là dessus dans un autre billet, revenons à Suzuka. enfin plutôt à Yamato Akitsuki, le héros de l'histoire... Ce lycéen décide de quitter sa campagne natale pour poursuivre ses études à Tokyo. Il vient donc habiter chez sa tante qui tient une résidence étudiante destinée uniquement aux filles, en contrepartie, il doit s'occuper de la maintenance et du nettoyage du bain public de la pension. En allant faire un tour à son futur lycée, il aperçoit une jeune athlète s'entrainant au saut en hauteur... Il va tomber immédiatement sous le charme de la sportive. Et forcément, sa voisine de palier se trouve être la jolie athlète, Suzuka Asahina... Bien décidé à l'impressionner, Yamato va rejoindre le club d'athlétisme: le pire c'est qu'il est bon le bougre...


Roger !

Bref, j'ai commencé à lire, j'étais... dubitatif, je sentais le vieux clone de Love Hina, en effet, Yamato à l'instar de Keitaro se retrouve dans une résidance étudiante où il n'y a que des filles. Tout comme Keitaro, Yamato a un trou dans le mur qui sépare sa chambre de celle de Suzuka, tout comme Keitaro, il est fucking stupid, tout comme dans Love Hina, il y a une grande fille plus âgée ayant un fort penchant pour le saké...  Sauf que c'est pas Love Hina...


Cours Forrest, cours !

Oui, Suzuka n'est pas qu'un erzatz de Love Hina, c'est une œuvre complètement distincte, même si je suppose que Kouji Seo a surfé sur la vague du manga de Ken Akamatsu, il a su se détacher bien vite des aventures de Keitaro... En effet, Kouji Seo a ajouter une chose qui fait toute la différence : le sport. L'athlétisme amène une dose de challenge dans le manga, en plus de se demander si Yamato va sortir avec Suzuka, il y a la question, est-ce que Yamato va réussir à grimper au sommet ? C'est bien cela la grande interrogation, l'évolution sportive de Yamato est intimement liée à l'évolution psychologique du héros. Au fil des pages, nous trouvons un personnage qui évolue (pas comme Keitaro hein... ) tant dans ses actes que dans sa façon de penser. C'est un des points fort de Suzuka, le héros apprend (ou pas) de ses erreurs et va tenter de se surpasser pour arriver à ses fins...


Yamato et Miki Hashiba, une autre sprinteuse

Le personnage de Suzuka est lui aussi très travaillé. Cette fille me dérange, je suis comme Yamato, j'ai du mal à la cerner, si distante et si proche à la fois, j'enrageais devant mon bouquin durant certaines scènes ou Suzuka mérite une paire de baffe tellement ses réactions sont "décalées". Une vraie Tsundere en fait.  On apprend au bout d'un moment pourquoi elle est comme ça... Et là, je dois dire qu'elle est remontée à la place où elle doit toujours se trouver : sur la première marche du podium.


Suzuka smile...

Forcement dans toutes bonnes romance, il faut une entremetteuse, elle se nomme Honoka Sakuraï. C'est un personnage que j'apprécie pas vraiment, elle est le cliché de la fille niaise amoureuse de son Yamato-kun depuis l'enfance. Et oui il se sont croisé UNE fois 10 ans avant et son petit kokoro bat toujours aussi fort pour lui -______- Hum... je passe. C'est d'ailleurs assez étrange que les deux héroïnes principales soient aussi différentes dans leur background, d'un coté nous avons Suzuka qui possède une vraie personnalité et de l'autre Honoka une fille fade et inintéressante...


Honoka passe à l'attaque!

Et pourtant... le cœur du héros balance entre les deux... WTF !!!

L'une des particularité de Suzuka est que Seo traite dans ce manga un thème rarement abordé: la disparition de l'être aimé... et la façon d'aller de l'avant. Je n'en dit pas plus... Mais ça offre une autre dimension au manga. Et un peu de sérieux, ça ne fait jamais de mal :p


Yamato et Suzuka...

Il faut noter que Suzuka a été adapté en animé, comme à mon habitude, je ne vais pas regarder ça, le manga me suffit, la seule chose qui pourrait me faire regarder l'animé est cette musique... L'animation m'a l'air fade est le chara design... ah vraiment je m'y fait pas, on perd une grande partie du coup de crayon de Kouji Seo... Bref, je me tâte...

Je n'ai plus qu'une chose à dire, allez acheter Suzuka, vraiment, si vous aimez le style shounen/romance, n'hésitez pas, c'est fait pour vous. D'autant plus que Pika comme a son habitude a fait du très bon travail, rien à redire là dessus !

samedi 2 mai 2009

Cross Over de Kouji Seo, le basket c'est bien :)

Bon alors autant le dire tout de suite, j'aime pas le sport, que ça soit dans la réalité ou en 2D, oui j'ai regardé Olive et Tom il y a 20 ans avant d'aller à l'école, mais depuis... Je scrute ma bibliothèque et en effet, aucun livre sur le sport... Mais là je dois dire que je suis tombé sur un manga sportif qui m'a charmé, il s'agit de Cross Over et c'est Kouji Seo qui l'a réalisé. Seo, c'est le mangaka d'une série éditée en France chez Pika: Suzuka.


La dream team de Sainte Marianne

Cross Over est une série sur le basketball (ouais, le cross over est un mouvement de basket). L'auteur narre les prouesses de Natsuki Ogata, un étudiant qui décide de rejoindre l’équipe de basket du lycée Sainte-Marianne (san mariannu en romaji) afin de battre l’école Fujihara, l’élite du basket de la région. Grâce à Eiji un autre nouvel arrivant dans l’école, ils vont remettre l’équipe sur pied. Les talents de basketteur de Natsuki ainsi que les encouragements de Mizuki la manager et de l’équipe de pom-pom girl vont permettre à Sainte-Marianne de briller dans les compétitions, enfin si tout se passe bien…


Un échange entre Eiji et Natsuki

Cross Over est composé de 7 tomes pour un total de 59 chapitres le tout fut publié dans le Weekly Shounen Magazine durant l’année 2002, en gros avant Suzuka.


Les pompom girls de Sainte Marianne

Cette série m’a tenu en haleine du début à la fin, l’action est vraiment bien transcrite sur le papier, on s’imagine vraiment les mouvements de chacun des joueurs, c’est vraiment agréable à lire, les dessins sont bien entendu très shounen, mais pouvait-il en être autrement ? La petite romance typique du genre entre Natsuki et Mizuki est gentillette et ne ralenti en rien l’histoire. Le seul mauvais point de la série est sa longueur, en effet, on aurait aimé avoir un ou deux tomes de plus, on a un léger goût de pas fini à l’issu du 59ème chapitre… L’auteur devait déjà pensé à Suzuka. D’ailleurs je pense que je vais attaquer la lecture de ce manga dans pas longtemps, juste le temps de passer dans ma crémerie habituelle pour acquérir les tomes… En passant, c'est l'équipe anglaise SCX qui s'est occupée de la traduction dans la langue de Shakespeare de Cross Over, la fiche de projet est située à cette adresse...